Cela fait quelques temps maintenant que j’ai sauté le pas en adoptant Twitter Bootstrap (dans sa version 3). C’est le moment de faire le point.

L’abstinence totale est plus facile que la parfaite modération.

Si une opération est faisable via un terminal, soyez sûr que je préférerais toujours ce point d’entrée à quelque interface que ce soit, aussi belle soit elle. Quoi de plus beau que le premier terminal que l’on ouvre le matin via un Ctrl + Alt + T ? Voilà que je deviens poète…
Un exemple : l’une des premières choses que j’ai appris sous Symfony2, c’est comment créer ses propres commandes afin de les exécuter dans un terminal.

L’enfer c’est les autres.

Mais voilà, il paraît qu’il existe des personnes que la ligne de commande rebute. Que Dieu nous préserve de ce type d’hérésie ! M’enfin, comme on vit dans le monde réel et qu’il faut bien créer des applications, notamment à destination interne de l’entreprise pour laquelle je travaille, il faut habiller les interfaces.

Mon binôme vous dirait qu’une page Web sans feuille de style ça marche très bien (il n’est pas aussi extrémiste que moi sur les interfaces graphiques malheureusement) mais je pense que ce n’est pas l’avis des utilisateurs lambdas qui eux veulent de jolis boutons, des menus déroulants et si en plus c’est responsive on risque d’atteindre l’extase !

C’est un roc !… C’est un pic !… C’est un cap !… Que dis-je, c’est un cap ?… C’est Bootstrap !

C’est là que Bootstrap entre en jeu, dans mon cas Bootstrap 3. C’est à l’occasion de la sortie de cette version, que j’ai sauté le pas. Et sincèrement je ne suis pas déçu. Il est vrai que je n’ai pas été assidu et que je ne saisis pas encore toutes les subtilités de ce Framework CSS et JS mais le peu que j’en sais me suffit amplement.

Et maintenant mes discussions autour de l’interface de mes applications peuvent ressembler à ceci :

  • Mon interlocuteur : Je veux du menu déroulant !
  • Moi : Tiens !
  • Mon interlocuteur : Les messages d’erreurs, d’avertissement, de confirmation ?
  • Moi : Trop facile !
  • Mon interlocuteur : Un slider, une grille pour la page d’accueil, un tableau bien agencé ?
  • Moi : S’il-te-plaît… Je suis le sensei du CSS avec Bootstrap ! Demandes moi des choses plus compliquées…
  • Mon interlocuteur : Enlever les coins arrondis des champs ?
  • Moi : Heu… Tu peux répéter s'il-te-plaît ?
  • Mon interlocuteur : Modifier la couleur de fond de la page ?
  • Moi : Hé ! Je suis développeur back, moi !

La fin justifie les moyens et tous les moyens sont bons.

Finalement aujourd’hui tout le monde est content : les utilisateurs ont des interfaces, moi je ne me prends pas la tête sur du front. Certains regretteront le manque de diversité dans l’apparence des applications que je développe. Mais moi vous savez, moins je vois de CSS mieux je me porte…